•                           I

        J'ai revu mes amis lors d'un repas champêtre

     Au milieu de moutons qui paissaient tranquillement,

     La table était dressée dans les herbes et le vent

     Soufflait des émotions que le ciel enchevêtre.

     

       Tant de chemins divergent au creux d'une montagne

     Et tant d'amis s'en vont tels oiseaux de passage,

     Le temps a déposé des rides en nos visages

     Témoins de nos lunes troubles, vieilles compagnes.

     

       Que puis-je raconter de vraiment important ?

     Si ce n'est d'ouvrir en grand ses bras et son cœur

     Pour serrer contre soi la bien douce chaleur

     Des fleurs de l'amitié au milieu du printemps.

                                 II

        Chacun repartira vers son champs d'irréel

     Aux couleurs des rêves qui hantent nos maisons

     Là où l'amour se mêle à tant de déraison,

     Où Plaisir s'envole dans un battement d'aile.

                                III

     Lorsque la tristesse parfois discrètement

     S'invite au détour sournois d'un petit chemin :

     Songe à nos sourires d'hier et de demain

     Qui au loin scintillent dans le doux firmament.

     

     https://www.youtube.com/watch?v=FUPx42UmSng


    22 commentaires
  •                                I

     Le malheur se mêle aux pleurs gluants des nuages,

     L'herbe des champs a une vraie couleur orange

     Si pesticide. Gloire au libre libre échange,

     Au capitalisme qui ne peut être sage.

     

    Le profit le profit le profit le profit !

     Est-ce donc là le seul moteur actif du monde ?

     Les marchands de canons font de nauséabondes

     Fortunes. Diable, lui en est tout ébahi !

     

    Car Satan pensait être le maître du mal,

     Le prince du mensonge manipulateur,

     De l'égoïsme et de la cruauté. Horreur :

     Car le genre humain est plus que lui génial.

     

    Et nos télévisions encourageaient chacun

     A haïr son voisin. Les bombes assassines

     Ravageaient des contrées où règne la famine.

     Satan heureux huma d'une fleur le parfum.

                              II

     Voilà où j'en étais de mes méditations,

     Marchant dans la nature où l'herbe n'est plus verte,

     Là, à perte de vue dans la plaine déserte,

     Le ciel bleu est de l'orange l'expiation.

                             III

     La malin cornu portant cape rouge et noire,

     Dans le grand parc en ville où l'on va en famille,

     Où s'amusent en riant les garçons et les filles,

     Hésita à répandre ici le désespoir,

     

    Ecoutant un enfant chanter une comptine

     Il sentit l'inconnu qui vibrait en son cœur,

     Sur sa joue glissa une larme de bonheur,

     Il renonça au mal qui était sa routine.

     

    Il se consacra à ce qui est bel et bon,

     Toute l'humanité suivit là son exemple,

     L'amour et l'amitié se firent bien plus amples,

     Pour toujours se turent les fusils les canons.

     


    26 commentaires
  •  

    La coutume dit- on est que l'on a le mois

     Pour présenter nos vœux à la nouvelle année.

     Je ne suis pas de ces flemmards qui atermoient

     Sursoyant sans cesse le labeur ajourné,

     

     De ceux qui procrastinent et remettent à demain,

     En écoutant tranquilles un Bach ou du Mozart.

     Il convient donc d'agir avant le trente et un !

     Certes feignasser est j'ose le dire un art

     

     Mais une voix céleste a caressé ma joue 

     En disant : « Le Marco retourne à ton bureau,

     Tente la poésie, et cisèle un bijou,

     Quelques vers enneigés vaporeux et floraux ».

     

     Dans un battement d'aile la voix disparut.

     Un léger souffle doux effleura mon visage,

     Dans le bois une biche peureuse apparut

     Gracieuse danseuse en nos taillis sans âge.

     

     Quelques flocons de neige ont blanchi la pelouse,

     Les guirlandes au sapin sont encore posées

     Car Noël chaque année a la joie pour épouse

     Quand les petits enfants chantent pour s'amuser.

     

     Assis en mon bureau et contemplant l'hiver,

     Les squelettes givrés de nos grands arbres nus

     Que lentement balance une bise polaire,

     L'écran de mon P.C. affiche : « bienvenue ».

     

                          Voeux

     

    Je vous souhaite pour l'année qui là commence

    De vivre en paix en des habits tissés d'amour

    Et de bonne santé, qu'en vous vive la danse

     De ces petits bonheurs qui naissent chaque jour.

     

    ( je tente de jouer ce morceau , euh pas trop facile .....tongue)


    31 commentaires
  •  

    Il pleut , il pleut , de gros nuages lourds et gris

     

     Chargés de deuils, d'ennui, de tristesse et cafards,

     De violentes pluies farouches (ô cauchemar)

     Dans le vent déchaîné dansent une vraie furie !

     

    On distingue à peine le faîte des grands chênes

     Que l'on entend craquer, gémir et supplier,

     Les chemins deviennent de bien piteux bourbiers,

     Un rideau d'eau céleste a envahi la plaine !

     

    Les chrysanthèmes en procession parmi les tombes

     Grises et froides de l'été rieur disparu

     S'envolent et tourbillonnent au milieu de nos rues,

     Leurs pétales déchoient sous les assauts des trombes.

     

    Il convient de rester au chaud en la maison,

     Aux mugissements de la tempête répondront

     Les militaires tant tragiques et fanfarons,

     Les images de guerre à la télévision.

     

    Dehors, une brume sournoise peu à peu

     Se répand, le corbeau noir du spleen si perfide

    S'approche de mon âme tant pâle et languide

     Et encercle ma joie d'un désespoir râpeux.

     

    Ô urgence ! Ne pas couler dans la profonde

     Déprime morne et flasque aux cruelles morsures :

     Quelques crêpes chaudes vêtues de confiture 

     Poseront un baiser sur la grisaille immonde.

     

     

     

     

     Anna Vidovic joue "Un dia de noviembre " de Leo Brouwer


    42 commentaires
  •  

     A la médiathèque à côté de chez moi , ô un concours de poésie !

    Il fallait écrire un poème pour servir de laisser-passer face à tous les douaniers du monde , 

     une sorte de passeport, alors je me suis lancé, et horreur je n'ai pas gagné le concours.       

              

                         I

     Frontière : soyeuse peau des nations

    Que caresse si sensuellement

    La ronde des douaniers en mission.

    Dieu , qu'ils sont beaux, fiers et tant séduisants !

     

    Tandis que le pays sourit aux anges

    Sous les doux pas de nos bons gabelous,

    De l'autre côté commence l'étrange.

    Rien n'y est tout à fait comme chez nous.

                      

                     II

     Je me sens un peu matou curieux

    D'aller à l'aventure avec prudence,

    L'ailleurs exotique et mystérieux

    Est tentation pour la fête des sens.

     

    Laisse moi, noble gabelou, passer,

    Humer là- bas des parfums inconnus,

    Déguster des mets fabuleux , danser

    Sur des rythmes qui mettent l'âme à nu.

        

                     III

     Je reviendrai te conter mon voyage

    Les bras chargés de cadeaux et d'étoffes,

    De gras jambons, de succulents breuvages

    Que nous boirons à l'ombre d'une strophe.

     

     

     


    32 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires